SALAZAR – INTERVIEW

salazarSalazar est un groupe liégeois qui nous a séduit dès les premières notes avec ses mélodies aux influences diverses, voyageuses et délicieusement envoûtantes. Nous vous proposons de découvrir ce groupe talentueux à travers cette interview.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots, pour ceux qui ne vous connaissent pas encore ?

Nous sommes un groupe liégeois de rock atmosphérique, qui puise ses influences des deux côtés de l’Atlantique, et un peu du Pacifique. Nous nous référons aux groupes tant anglais qu’américains pour lesquels le rock est un état d’esprit, un voyage, un rêve. Notre musique essaie de vous amener dans des clubs enfumés de l’Angleterre profonde, et puis de vous transporter dans la Vallée de la mort pour le morceau suivant.

Comment vous êtes-vous rencontré ?

Renaud (chant et guitare) et Philippe (batterie) font de la musique ensemble depuis 10 ans, Mathieu (clavier) les a rejoint en 2012 pour créer le groupe et moi, Luca (bassiste) en 2014. Entre amitiés de longue date et rencontres fortuites sur internet, on est maintenant devenu tous les quatre de très bons amis.

Et comment votre groupe est-il né ? D’où est venue l’idée du nom de « Salazar » pour votre groupe ?

C’est une longue histoire à base de boissons alcoolisées, de rencontres estivales et de bateaux en rade… Pour faire court, le nom est « apparu » à Renaud sur l’étiquette d’une bouteille d’une mixture qui l’a laissé avec un fameux trou noir un « lendemain de veille ». Des années après, en cherchant un nom pour le groupe, celui de « Salazar », facile à prononcer dans toutes les langues (Oasis était déjà pris) a été retenu!

Quelles sont vos principales sources d’inspiration pour vos textes ?

La vie quotidienne, avec ses côtés positifs, mais aussi son lot de chagrins, déceptions et trahisons nous donne énormément de points de départ pour les textes, qui sortent tous de la plume de Renaud. Pour « Eye the Moon » et en particulier « Heroes », l’actualité s’est aussi immiscée dans les paroles. De mon côté, je m’amuse parfois à leur donner des titres, une fois les paroles terminées.

Quel est le message que vous aimeriez faire passer à travers vos chansons ?

La musique est indissociable des textes, et prend parfois le dessus pour certains passages. Nous espérons toujours que l’association des deux puisse faire sortir ceux qui l’écoutent de leur quotidien et leur permettre de s’échapper de la réalité. Le rêve éveillé, c’est génial!

Comment faites-vous pour vous mettre d’accord lors de la composition et de la production de vos morceaux ?

En musique, en tout cas dans notre cas, la démocratie a la vie dure. Composer à 4, voir 5, nous posait parfois des problèmes de concentration, et certains morceaux se sont perdus en chemin de cette façon. Pour l’album, nous avons notamment essayé de séparer au maximum le temps des premiers jets (souvent Renaud et Mathieu tous seuls) de celui du peaufinage. Ça nous a permis d’avoir des maquettes avec des structures de morceaux entiers qu’on a pu rallonger/raccourcir/modifier à souhait lors de séances à quatre. C’était un travail enrichissant à plusieurs niveaux, qu’on garde pour le moment (on écrit déjà des chansons pour notre 2ème album!). Au final, si un morceau ne nous plaît pas, il finira à la trappe.

Comment définissez-vous votre musique ?

En deux mots : rock atmosphérique. En plusieurs: on préfère vous laisser vous faire votre propre idée. Ce qui nous fait le plus plaisir c’est d’écouter les commentaires de nos spectateurs qui nous citent les références de ce qu’ils entendent dans notre musique. On y trouve des artistes qui nous parlent, mais aussi de grosses surprises parfois!

Quel artiste vous met tous d’accord ?

Sans hésiter, « Interpol ». Ceci dit, cette année on a tous pris une claque monumentale avec les concerts de « Queens of the Stone Age », donc au moins ces deux là ! Et « Villains », quel superbe album!

Selon-vous, quel est l’artiste belge qui fera l’année 2018 ?

Là, on a un peu plus du mal à trouver une réponse univoque. Nos genres préférés sont fort différents (ça va de la musique classique, au métal… on vous laisse deviner qui est qui!), et donc on a tendance à avoir tous nos coups de cœur. Nous aimerions voir un retour en force de Ghinzu, qui nous manque !

Retrouvez Salazar en concert au Classic Rock Bar à Bruxelles le 20 janvier 2018 !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s