R.O – INTERVIEW

R.O

R.O, de son vrai nom Olivier Rugi, est un jeune producteur belge. Depuis maintenant 5 mois, il sillonne les routes à travers le monde avec Konoba dans le cadre de leur “10 PROJECT”. Nous avons eu la chance de le rencontrer cet été au Rising Moon Festival, à l’occasion de l’une de ses rares dates en Belgique.

Dernièrement, tu as enchaîné pas mal de dates, que ce soit avec Konoba ou en solo. Est-ce qu’il y en a une qui t’as particulièrement marquée ?

L’Open Air Festival en Géorgie ! C’est l’un des plus gros festivals qu’ils ont dans ce coin là de l’est. C’était incroyable, il y avait 20 000 personnes et on jouait avant Tom Odell. Il y avait beaucoup de personnes très fans, le public était très chaud. Nous avons vécu de très bons moments. Après le concert, nous sommes allés voir tous les fans (ou en tout cas, ceux qu’il était possible de voir). C’était très cool et vraiment un bon moment.

Il y a également une date à Cologne qui m’a marqué. C’était un concert « silent disco ». C’était dans un parc avec des personnes qui écoutent le concert avec un casque. C’était une expérience qu’on avait jamais faite et c’était trop cool, il y avait beaucoup de monde.

Pour moi, les Ardentes aussi. C’est un festival auquel je suis beaucoup allé et je rêvais d’y jouer. Après il y a eu un petit souci technique sur la fin, il y a eu une petite coupure de courant, mais ce n’est pas grave. En plus, j’ai eu l’occasion de rencontrer Vald que je voulais absolument rencontrer. J’étais super content.

Jazz + Bozza.png

Vous venez de repartir pour votre « PROJECT 10 » avec Konoba, comment vous sentez vous à ce stade du projet ?

Super bien ! Finalement, il s’avère que ce projet est un gros puzzle. Au départ, nous voulions sortir un morceau à la fin de chaque mois. C’est un défi que nous nous étions fixé, mais il s’avère que c’est plus compliqué que prévu parce que parfois on veut un clip et ça prend du temps à faire. On ne s’est jamais obligé à le sortir à tout prix. Parfois, on arrive à la fin du mois et on a fini le morceau, ce qui est bien, mais on ne peut pas juste le sortir car on a envie de le sortir avec un clip. Pour l’instant, on a 3-4 morceaux en stock, ils vont sortir à chaque fois avec plus ou moins deux semaines de délais. Du côté musique et création, on est super ravis, et tous les autres côtés aussi (voyage, etc.). L’objectif principal c’est d’avoir un album après ces 10 mois. Et, cet album sera là et il sera méga bien.

Et puis voilà, on voyage tout le temps, c’est trop bien, on rencontre plein de gens. Ce mois-ci, nous sommes en Italie, qui est un mois beaucoup moins intense que les autres en termes de concerts, mais tout autant en termes de voyage. On rencontre plein de gens, plein de musiciens et on voyage donc c’est trop cool. Pour le moment, c’est donc merveilleux et ça se passe comme prévu.

Tu as récemment sorti un album intitulé “Coherence”. Comment qualifierais-tu cet album ?

C’est un album très énergique. C’est juste une photo de moi à ce moment là. Ce n’est pas forcément ce que je vais continuer à faire ou ce que j’ai envie pour ma musique après, c’est juste que ce sont des morceaux qui me représentent au moment où j’étais fâché, triste,… plein de moments de ma vie durant ces dernières années. Ce sont des morceaux qui « traînaient sur mon ordi »… je voulais absolument les sortir car ce sont des morceaux que j’aimais beaucoup. Je le considère un peu comme une compile des morceaux que je voulais absolument sortir et que je n’aurais jamais eu l’occasion de sortir autrement. Je suis content de l’avoir sorti. J’ai eu beaucoup de bons retours de partout dans le monde, par exemple des australiens m’ont demandé de leur envoyer mes morceaux. Ce n’est pas représentatif de ce que je vais faire, car de manière générale c’est toujours un passage vers autre chose. Ce qui suit sera différent, ce sera beaucoup plus musical et moins énergique. C’était également une bonne occasion pour les Ardentes de sortir un truc bien énergique car je jouais tard. Je suis un producteur avant tout, avant d’être DJ ou avant un mec qui passe à la radio ou peu importe, j’aime bien le son. Ce n’est pas forcément l’album le plus abordable à écouter, surtout pour mes fans qui connaissent mes trucs plus calmes. Cependant, j’étais content de montrer cette facette de mon travail. Les gens voient alors que c’est différent de ce que je fais avec Konoba, en acoustique, à la guitare ou au piano. Je fais beaucoup de choses et j’aime que les gens le remarquent et soient au courant de toutes ces facettes.

Quelle est ta définition d’une bonne chanson ?

Une chanson qui procure des émotions ou qui permet de créer des souvenirs. Par exemple, quand on entend un morceau et qu’on se dit « je me rappelle… ». Il y a des vieux morceaux comme ça, des trucs que j’écoutais durant l’été, quand j’avais 12 ans… ce sont des morceaux que je déteste en termes de musique, mais en termes de souvenirs, ils me rappellent plein de choses. Finalement, un bon morceau, pour moi, c’est plutôt ça, c’est un truc qui, même des années après, peut représenter une tranche de ta vie et qu’il nous y fait repenser. Après, il y a tellement de définitions de ce que peut être un bon morceau… ça dépend de quel point de vue on le prend. Par exemple, si on le prend d’un point de vue technique, pour qu’un morceau soit bon, il faut que ce soit assez complexe. Finalement, un bon morceau c’est aussi, un morceau qui me donne une certaine émotion à un certain moment, peu importe comment s’est fait.

Quelles sont tes principales sources d’inspiration pour ta musique ?

Je suis tout le temps inspiré par plein de choses. Ce qui alimente mon inspiration ce sont les rencontres, les histoires d’amour et autres… les histoires avec les gens que ce soit des hommes ou des femmes, des amis ou des copines. Je suis également beaucoup inspiré par les films.

Au final, je suis inspiré par tout ce qui déclenche de l’émotion (que ce soit des relations, une autre oeuvre d’art, comme un tableau…). Si je ressens des émotions, j’ai souvent envie de les retranscrire à ma manière, de dire ce que j’ai sur le cœur. Je ne sais malheureusement pas chanter assez bien que pour faire cela et donc je fais ça avec les instruments et avec la musique électronique.

Quelle serait l’affiche musicale parfaite, selon toi ?

Que des gens morts ! [rires]
Du côté acoustique, Bon Iver, par exemple. Du côté rap, XXXTentacion, Juice Wrld, Lil Peep, Post Malonne… ce genre de mecs. Côté hip-hop français, Josman, Lomepal, Roméo Elvis, Damso. Du côté électronique, ça c’est très compliqué car il y a tellement d’artistes qui font des bons trucs : Flume, Jacques… ce sont tous des styles très différents. Je n’ai pas vraiment d’affiche parfaite, parce que j’écoute tellement de trucs différents et là beaucoup de hip-hop en l’occurrence. Donc, l’affiche parfaite, en ce moment, ce serait beaucoup de hip hop.

Dans quel endroit rêves-tu de mixer ?

Les Red Rocks aux US, il y a beaucoup d’artistes que je connais, des potes sur Facebook qui l’ont fait. Ça a l’air fou. Ce sera pour quand je reviendrais de tournée avec Konoba, je vais sans doute aller aux US pour un moment afin de faire mon trou là-bas et y faire plein de festivals comme Coachella, Electric Forest, Electric Daisy Carnival, tous les gros festivals américains me tentent vachement.
Ça me plairait aussi de jouer en France ou en Angleterre, j’aimerais tellement voir mon nom en mode cinéma devant la salle où je joue, juste pour le fun !

As-tu une anecdote de festival ou de concert à nous raconter ?

On a fait du yoga pendant une demi heure avec Raphael avant de monter sur scène, tu aurais dû me voir, c’était plutôt fort.

Selon-toi, quel est l’artiste belge qui fera l’année 2019 ?

Damso car il va sortir un album. Ce sera son premier album réellement solo (il a sorti ses trois albums avec 92i, le label de Booba). Je pense qu’il pourra peut-être plus se permettre certaines choses, même si j’ai l’impression qu’il s’est déjà permis beaucoup de choses sur le dernier, donc je pense qu’il peut aller loin, surtout dans les thématiques. En terme de succès, Roméo Elvis va certainement préparer un truc de ouf, Oscar & The Wolf… Après, il y a aussi Angèle qui va bientôt sortir son album et ça va être bien.

Pour les artistes internationaux, Lil Skies et Juice Wrld, qui sont deux américains qui sont en train de tout défoncer pour le moment.

Découvrez dès à présent « Too much too soon », le dernier clip de R.O x Konoba ! 

Publicités