CHARLOTTE – INTERVIEW

Charlotte - Interview

Le 22 mars dernier, la chanteuse namuroise sortait son tout premier album intitulé « Force et Amour ». Entre tendresse, mystère et engagement, Charlotte fait raisonner sa poésie au son des mélodies électro-pop. Rencontre.

Ton nouvel album « Force et Amour » est sorti vendredi dernier. Comment te sens-tu suite à sa parution ?

Je suis très excitée, c’est pour moi comme un premier accouchement. Je commence à avoir plein de retours et c’est très gai. Chacun a des préférences différentes, donc c’est hyper chouette parce que ce n’est pas juste un titre qui ressort.

Et je viens de passer l’après-midi à Namur pour faire le tour des magasins dans lesquels je vais souvent pour qu’ils prennent mon album et tout le monde a dit oui, donc je suis trop contente.

Peux-tu nous parler de ton titre « La loi du feu » ?

Ce titre est inspiré d’une chanson de ma maman qui se trouve sur un album qui n’est jamais vraiment sorti. La chanson s’intitule “Ohé du Vaisseau” et elle parle d’appeler à l’aide les extraterrestres pour nous sauver parce qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond sur cette planète. C’est une façon un peu humoristique de lancer un S.O.S aux Martiens.

Et de « Bienvenue à bord » ?

C’est la première chanson qui parle vraiment de moi. Souvent, je parle de plein de choses qui m’entourent, mais je n’osais pas trop de moi. Le refrain c’est “énigme ou bien mystère, on collabore”, il y a pas mal de choses que j’ai traversé depuis que je suis toute petite et on me demandait souvent dans ma famille “pourquoi tout ça ?”. C’est une énigme, on ne sait pas. Mais peu importe, on essaye quand même de collaborer par rapport à ces épreuves qui nous arrivent pour en faire quelque chose de fort et de solide.

Tes morceaux peuvent être interprétés différemment selon chacun. C’est un peu l’ADN de tes chansons…

Oui, je n’ai pas envie que ce soit trop précis, sinon les gens ne se retrouvent pas forcément. Lorsque ce sont des histoires trop concrètes, des choses que les gens n’auront pas vécu, cela ne touchera pas. L’idée, c’est de garder ce côté un petit peu flou pour que chacun puisse se retrouver dans la chanson, pour être touché et se sentir moins seul. Mon but, c’est de vraiment créer des liens et que les gens se sentent moins seuls. Quand on voit que l’autre a vécu la même chose ou quelque chose de similaire, on est rassuré et on est plus fort ensemble.

Si tu devais décrire ton nouvel album en 3 mots, quels seraient-ils ?

Planant, profond et intense.

02

Jeudi dernier avait lieu ta Release Party au Botanique. Comment ça s’est passé ?

C’était très sympa, il y avait beaucoup de monde. J’ai vendu tous les albums que j’avais sur place, donc c’est dingue. Le public était hyper chaleureux. En plus, la salle est ronde, ce qui lui donne un côté très proche et très intimiste, c’était très agréable.

Pourquoi avoir choisi le Botanique pour présenter ton nouvel album en live ?

C’est quelque chose qui s’est fait naturellement avec eux. Ce sont eux qui m’ont proposé. Ça correspondait tout à fait à ce que j’avais envie comme ambiance pour une première Release Party.

Nous avons également pu te voir en duo avec ton papa lors de ce concert. Tu paraissais fort émue. Était-ce un moment important pour toi ?

Oui, j’ai tout ce côté où je n’ai pas envie de trop lié mes parents à ce que je fais. A côté de ça, il y a deux mois, j’ai été le voir lors de la tournée « Star 80 » qu’il fait depuis des années. Il accompagne les artistes sur un grand piano à queue. Pendant 6 ou 7 chansons, il joue au piano pour les artistes qui chantent. Et j’ai redécouvert son talent de pianiste que je trouve qu’on ne connaît pas du tout, même moi je ne connaissais pas bien. C’est vraiment sa première formation, il a fait le conservatoire au piano. Et donc, ça me paraissait évident d’un jour faire un piano-voix très simple où il m’accompagne juste au piano. Et forcément, c’était très émouvant pour nous deux.

Quel est le morceau que tu préfères faire en concert ?

« Amour perdant », en concert on rallonge le morceau à la fin. Il y a la batterie qui se rajoute et il y a un solo de guitare. Et ce moment-là, c’est un peu l’apothéose du concert.

Nous avons pu constater que l’écologie te tient très fort à cœur, notamment avec votre merchandising…

Oui, je pense que c’est dans les bouches de tout le monde actuellement. Ce serait dommage de faire un merch’ qui n’est pas respectueux de l’environnement. Je n’avais pas envie de faire des portes-clés en plastique ou des trucs qui n’ont pas de sens juste pour qu’on parle de moi.

Et donc l’idée, c’était vraiment de faire une collection en coton bio et qui est produite de manière éco-responsable au niveau de la filière des travailleurs.

Il y aussi les gourdes. Prendre une bouteille d’eau en plastique, c’est quelque chose que tout le monde fait au quotidien. C’est quelque chose qui est vraiment facile à changer. Je me suis donc dis que j’allais faire une petite gourde avec ma silhouette pour que les gens puissent peut-être plus facilement accéder à cette envie d’avoir une gourde.

Pour la Release Party, j’avais également fait 50 CD en papier recyclé bio et sans emballage en plastique, quelque chose de très minimaliste. J’aurais voulu faire ça pour tous, mais malheureusement pour entrer dans les gros magasins, il faut l’emballage en plastique.

Selon-toi, quel est l’artiste belge qui fera l’année 2019 ?

Charlotte, évidement ! [rires]

Valentine de The Voice, je l’ai rencontrée récemment et j’aime beaucoup son univers. Je suis curieuse de voir ce qu’il va se passer par la suite.

Publicités