LADY VALENTINE – INTERVIEW

lady valentine

Lady Valentine est une jeune chanteuse bruxelloise. Après avoir traversé de nombreuses épreuves dans sa vie, la musique lui permet de partager ses émotions. A travers sa poésie aux sonorités électro-pop, elle exprime son vécu. Avant la sortie de la réédition de son EP « Scoop » le 18 mai prochain, Lady Valentine a répondu à nos questions afin de vous faire découvrir son univers. 

Peux-tu nous parler de ton EP « Scoop » ? Quelles ont été tes sources d’inspiration pour cet album ?

J’ai commencé à écrire alors que j’étais triste, en colère, révoltée, suite à l’acharnement du sort dans ma vie, entre 2011 et 2015. En peu de temps, je me suis retrouvée dans la tourmente, confrontée à la mort, la maladie, la dépression, le burn out. Autant d’épreuves qui m’ont amenée à me poser des questions existentielles, tentant de revenir à l’essentiel, par le biais d’un blog, de la thérapie, puis de mes chansons. Je me suis demandée où je me situais dans ce qui me paraît être le chaos. Un chaos autour de nous et en nous. Une bombe à la place du cœur, prête à exploser, une autre placée dans un tram. Où va-t’on, que faire dans ce trouble ambiant ? Comment se construire sereinement, quand tout autour et à l’intérieur semble devenir fou ?

Quels sont les thèmes abordés dans celui-ci ? Pourquoi avoir choisi « Scoop » comme titre pour ton EP ?

Anciennement journaliste à Paris, dans mon premier EP SCOOP, j’aborde tour à tour les infox, la chasse aux likes sur les réseaux, la dépendance affective, les attentats, la mort… Le titre de l’EP fait également allusion au décès de mon frère – journaliste également -, d’une crise cardiaque à 27 ans, lors des 20 km de Bruxelles en 2014. Un événement qui a été le point de départ de mon engagement à prendre ma place, à vivre et être, mais surtout à exprimer ma vision de la vie, en chansons. Et ce, à la recherche de ma vérité, de mes repères, malgré les influences néfastes d’un trop plein d’informations, souvent superficielles et dépourvues de sens, de la part de médias puissants mais creux. Cet EP est le premier pas et l’introduction de mon projet, celui qui place le contexte dans lequel j’ai écrit tout ce qui arrivera ensuite.

Selon toi, quels seraient les 3 mots qui décriraient le mieux « Scoop » ?

Note bleue, colère et société.

Ton morceau « Femme objet » a été produit avec Konoba. Comment cette  collaboration est-elle née ?

« Femme objet », « Scoop » et « Tes Likes » sont les trois morceaux produits par Konoba.
J’ai rencontré Raphaël en 2004, au Collège Notre-Dame de Basse-Wavre où nous étions, lors des cabarets organisés par celui-ci. Je l’ai suivi de loin dans ces aventures musicales et quand ce fut le moment, je l’ai contacté pour travailler avec moi. Je suis ravie qu’il ait accepté et très contente du travail accompli. Sa touche électro, froide, synthétique et dans le détail sert bien mon propos, mes textes.

Peux-tu nous parler de tes origines béninoises ? En quoi influencent-elles ta musique (notamment pour ton titre « Gogo Gnité ») ?

L’aventure au Bénin – qui s’étend déjà sur 4 voyages – a été un déclic très fort, au niveau de la direction artistique de mon projet. Lors de mon premier périple, Saint-Maurice, le rappeur avec qui je chante sur son titre « Gogo Gnité » (écrit à Cotonou et produit en Belgique) m’a offert mon nom de scène, Lady Valentine. J’ai tout de suite adhéré à l’énergie solaire et fantaisiste derrière ce nouveau nom de baptême.

Mon style se définit également : j’ai eu un coup de cœur pour le tissu Wax, ses motifs, ses couleurs, ses possibilités infinies. Il constitue aujourd’hui la touche phare de ma tenue de scène, cousue sur mesure, là-bas, l’hiver dernier.

Et enfin, de me confronter à cette culture des plus ancrées m’a radicalement transformée : très cérébrale, j’ai pu m’incarner dans mon corps qui a trouvé de l’amplitude dans ses mouvements de plus en plus décomplexés. Tant ma musique que mon jeu de scène ont été influencés par le Bénin et ce que j’y ai découvert, vécu, appris… De la couleur, du groove et du soleil arrivent sur le premier album où la lumière fait son entrée, suite au chaos de l’EP. Le premier single, tourné au Bénin et prévu pour l’automne, marquera l’importance du Bénin dans mon parcours.

Selon-toi, quel est l’artiste belge qui fera l’année 2019 ?

Angèle fera aussi l’année 2019, à mon avis. Mais dans la catégorie révélations féminines, je suis de près Idyl, Tanaë et Valentine (sortie de The Voice l’an passé).

 

Site internet : www.ladyvalentine.be
Facebook & Instagram : @ladyvalentinemusic
Soundcloud : ladyvalentinemusic

Lady Valentine vous donne également rendez-vous le 28 avril à 18h30 pour un Facebook Live à l’occasion de sa Release Party. Vous pourrez y découvrir la réédition de son EP « Scoop » en avant-première !

Publicités