Clemix – Interview

Clemix-Interview

Clemix, de son vrai nom Clémentine, partage avec humour et ironie ses histoires joyeusement désabusées. C’est sur des sonorités situées entre le hip-hop, l’électro et le disco-punk que la jeune artiste met en musique ses textes décomplexés. Début février, Clemix dévoilait son second EP intitulé « Non merci ».

Pouvez-vous nous parler de votre nouvel EP « Non merci » ?

« Non Merci » est  mon 2ème EP sous le nom de Clemix puisque j’avais déjà sorti plusieurs EP avec d’autres projets (Panda Royal notamment). Le premier EP « Discobar » sorti en octobre 2017 m’a offert un beau début: 40 dates solo en Belgique, en France, en Suisse et au Canada, de nombreuses sélections (Francosessions – Franc’off – Parcours Francofaune), clips et chroniques internationales…

Quels sont les thèmes abordés dans celui-ci ?

D’une manière générale, j’ai une certaine obsession pour les thèmes de l’amour et de la solitude que je relie souvent, peut-être assez paradoxalement. Je dirais donc: amour, solitude et obsession.

Quelles ont été vos sources d’inspiration ?

Au niveau des textes, même si toutes mes chansons ne sont pas autobiographiques, il y a toujours un ancrage personnel. Il y a aussi souvent de l’auto-dérision et de l’ironie. La vie est assez difficile comme ça, l’humour permet de ne pas trop la prendre (et se prendre) au sérieux. Musicalement je ne me donne jamais aucune directive de genre, ni limite. J’ai beaucoup écouté de la soul, du funk, du disco, du vieux hip hop, essentiellement de la musique anglo-saxonne, j’ai été aussi une Dj assez éclectique pendant de nombreuses années avec un grand sens du single qui fait danser. Tout ça m’influence sans doute aujourd’hui.

Pour présenter ce nouvel EP, vous avez sorti le clip de « Mauvais plan ». Pourquoi avoir choisi ce titre en particulier ?

« Mauvais plan » est sans doute le morceau de l’EP qui est venu le plus de mes tripes. Après certains clips de morceaux plus « légers » comme « Discobar » ou « C’est commun » (d’une légèreté toute relative) j’avais envie de mettre aussi ce côté-là du projet en avant. Un côté plus intime. Plus « chanson » aussi, même si on reste dans des arrangements très électroniques.

Avec « Non merci », il y a également une certaine évolution par rapport aux précédents EP… 

Je dirais que « Non merci » reste musicalement dans la lignée de « Discobar », mais avec un travail des textes un peu plus poussé et un travail des arrangements plus soigné. Le projet mûri mais pas de grande révolution il me semble.

Si vous deviez décrire votre musique en 3 mots, quels seraient-ils ?

Joyeuse. Désabusée. Décomplexée.

Selon-vous, quel est l’artiste belge qui fera l’année 2020 ?

Je n’en ai aucune idée mais j’attends impatiemment le deuxième album de Témé Tan.

© Photographie : Clémence Leveau