Collectif B-Side [B-Side Experience] – Interview

Alors qu’ils devaient se produire pour plusieurs dates dans le cadre d’une tournée estivale bien chargée, la crise du Covid-19 a failli transformer l’été musical de GRANDGEORGE et son équipe en un désert artistique. C’était sans compter sur la créativité et l’audace de GRANDGEORGE qui a eu une l’idée de réunir toute son équipe afin de mettre en place la « B-Side Experience » ! 

Pouvez-vous nous expliquer votre projet « B-Side Experience » en quelques mots ?

B-Side Expérience, c’est un nouveau collectif qui s’est réuni pour une première session cet été dans une ferme près de Chimay pour écrire des nouveaux titres et les enregistrer en live. Il est composé de Stefy Rika (chant), Xavier Bouillon (claviers), Nicolas L’Herbette (basse/guitare), Sam Rafalowicz (batterie), Benjamin Grandgeorge (chant, guitare), et Benoît Tempels & David Minjauw (son).

Comment l’idée de ce projet est-elle née ?

C’est Benjamin Grandgeorge (aka GRANDGEORGE) qui est à l’initiative du projet mais il s’agit bien d’un nouveau collectif dont il n’est qu’un des membres (en plus de sa casquette de producteur). Suite à l’annulation de tous les concerts, il a en effet voulu trouver une solution pour maintenir une activité pour toute son équipe durant au moins une partie de l’été et nous a donc proposé de se rassembler dans un lieu isolé, d’y monter un studio d’enregistrement de toute pièce, de s’appuyer sur le pilier régie & lumière de l’équipe (Fabian Albessard & Grégoire Busine) pour assurer aussi la logistique et l’intendance, et de créer ainsi un cocon de création collective dont devrait forcément sortir des choses intéressantes. Quant au lieu pour cette première session, il nous a emmené en repérage à la Ferme du Dixième à Forge-Philippe (Hainaut) où il projetait justement de se marier cet été et qui subit elle aussi de plein fouet les annulations liées à la pandémie, et la magie du lieu a fait le reste. Ce projet un peu fou ne pouvait évidemment voir le jour que si toute l’équipe répondait présent… et ce fut le cas !

© Martin Ellis

Pourquoi avez-vous donné le nom de « B-Side Experience » à votre projet ?

Il a fallu trouver vite et ensemble… pas évident mais parfait avant-goût de ce qui nous attendait ! « B-Side » parce qu’une bonne B-Side c’est souvent musicalement plus excitant que la face A ? Ou parce que c’est l’occasion pour chacun des membres du collectif de montrer sa face cachée, celle qui sommeille et qui ne demande que des conditions propices pour être partagée ? Ou parce que dans B-Side il y a le B de ‘plan B’, et qu’à l’origine le projet voit le jour dans le but de palier à cette situation inédite et désastreuse pour tous les acteurs du live… Quand au mot « Expérience », c’est d’abord parce que dès le début on a vraiment voulu voir ça comme une expérimentation de vie et de création collective. Mais aussi parce qu’une expérience ça se partage et qu’une des originalités de ce projet c’est justement d’ouvrir une fenêtre sur l’intimité du processus de création par le biais des réseaux sociaux (ce qui a été rendu possible grâce à la participation de Martin Ellis à la vidéo et de l’équipe de This Side Up : Olivier Biron, Morgane Brewaeys, Axel Coenen). On ne peut pas aller à la rencontre du public, donc on l’invite à vivre l’Expérience avec nous !

Comment avez-vous fait pour tous vous mettre d’accord lors de la création des morceaux ?

La manière dont le collectif allait travailler, c’était la grande inconnue ! Le plan de départ ne prévoyait rien pour ça ;-). Une fois toute l’équipe sur place et le studio monté, il était justement impératif de jouer le jeu de la page blanche pour qu’en naisse quelque chose qui reflète vraiment le collectif. Personne n’avait donc écrit quoi que ce soit avant.

On n’a pas appliqué de méthode systématique pour la création des titres, mais tous sont partis de jams, parties elles-mêmes d’un rif de guitare, d’une suite d’accords au clavier, d’un groove, d’éléments de voix, … Après avoir fait le tri et s’être accordé sur les grandes lignes de la structure, on se répartissait souvent le boulot pour être efficace : certains se concentraient sur le groove et affinaient la structure, d’autre sur le texte et les mélodies. Il y a eu énormément d’échanges et de discussions évidemment mais on n’a jamais eu le sentiment de ‘se mettre d’accord’. C’est comme si toute l’équipe le sentait quand on touchait quelque chose de bien. Et puis ce qui a sans doute beaucoup aidé c’est que chacun exprimait clairement ce qu’il ressentait, sans détours, et que la bienveillance était comme un postulat de départ dans la communication au sein de toute l’équipe. Ça a permis à chacun d’être super direct sans risquer de froisser l’un ou l’autre.

On avait essayé de parler un peu de la ‘méthodologie’ avant la session pour « se préparer », mais c’était difficile de se projeter, donc on est arrivé sans trop de ligne de conduite, et la magie de la création a fait le reste. En tout cas, à l’issue de cette première session, on se dit que ça pouvait difficilement mieux se passer et qu’on a vraiment réussi à créer un sérieux collectif !

Avez-vous prévu de faire un concert sur les réseaux sociaux afin de présenter le résultat final du projet ? Et des concerts live par la suite ?

On a eu deux soucis pendant l’expérience : l’alimentation électrique de la ferme qui n’était pas clean (surtout pendant la traite des vaches dans la ferme voisine 😉 ) ce qui a nécessité un groupe électrogène, et le fait que la 4G était « intermittente »… Pas simple donc pour un live sur les réseaux sociaux ! On a donc enregistré et filmé tous les titres en live mais pour l’instant nous n’en avons partagé qu’un seul sur les réseaux. Quand il fallait, on a aussi calé quelques overdubs (des chœurs, des percus,…) après la captation. On part donc avec tous ces enregistrements prêts pour un mix définitif et des tonnes d’images. La question qu’on se pose maintenant évidemment, c’est quand et comment partager tout ça intelligemment… suite au prochain épisode. 😉

Maintenant que la « B-Side Experience » touche à sa fin : qu’avez-vous retiré, autant humainement qu’artistiquement, de cette aventure ?

On est tous repartis avec une seule idée en tête : il faut qu’on remette ça et qu’on monte une nouvelle session au plus vite ! Toute l’équipe présente sur place pendant cette première session a l’impression d’avoir vécu quelque chose d’unique, d’extrêmement fort sur le plan humain, et que cette osmose se reflète dans la musique. Chacun a fait un gros parcours personnel aussi, et il y a eu beaucoup d’émotions partagées. Bref, le terreau idéal pour créer ! C’est un premier chapitre dont nous nous souviendrons toujours, et on a hâte de rassembler à nouveau la B-Side connection sous le même toit ! To be continued donc. 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s