Lisza – Interview

Du sang latino coule dans les veines de la jeune bruxelloise Lisza. Vendredi dernier, Lisza dévoilait son second album intitulé « Charango ».

Pouvez-vous nous parler de votre second album « Charango » ?

C’est un album qui mélange les influences. Il y a de la bossa, du reggaeton, de l’afrobeat, de la cumbia, des percus arabes, des cordes Chaâbi avec des mélodies de chant pop, chanson française, ou plus latino..L’envie était de faire se rencontrer des styles de musiques différents, d’être ouvert sur le monde et d’oser des choses, aller là où on ne m’attendait pas forcément… La plupart des chansons sont en français mais il y a aussi pas mal d’espagnol et un peu de portugais aussi. Je voulais un album qui soit en dehors des modes, des étiquettes. Hors des sentiers battus. Il y a beaucoup de soleil dans cet album mais aussi de la mélancolie, de la saudade.

Quelles ont été vos sources d’inspiration pour les textes de ce nouvel album ? Le thème de l’amour prend notamment une place importante…

Je ne prévois pas à l’avance ce que je vais écrire. Je pars de quelques accords à la guitare et c’est d’abord la mélodie que je cherche… les mots viennent ensuite et parfois, certains, en même temps. L’amour est un sujet vaste et inépuisable, et il nous concerne tous.tes. Dans cet album, je parle de la relation à l’autre dans le couple, du manque de communication ou d’écoute mais aussi du désir, de la jalousie, de l’attachement, du besoin de liberté, de l’impossibilité de faire le deuil d’une personne qu’on aime, de la peur de perdre ceux qu’on aime. Il y a aussi une chanson pour mon grand-père qui a 96 ans et une déclaration d’amour à la poésie. Et puis il y a « Le choix ». Je l’ai écrite après avoir lu le roman d’Annie Ernaux « L’événement ». J’y parle d’avortement, d’abus et de harcèlement.

La femme est la seule à pouvoir disposer de son corps. Personne n’a le droit de lui imposer quoi que ce soit.
C’était très important pour moi d’écrire ça parce que, malheureusement, c’est loin d’être compris par tout le monde. Les femmes doivent toujours se battre pour leurs droits, rien n’est jamais acquis. L’actualité nous le démontre sans arrêt.

Si vous deviez décrire votre nouvel album en 3 mots, quels seraient-ils ?

En trois mots, je dirais… Liberté, sono mondiale (sans frontières) et sensualité. Je n’aime pas choisir. 😉

Le 26 juin dernier, vous avez également sorti un nouveau clip pour votre titre « ¿CÓMO? » qui est exclusivement écrit en espagnol. Pouvez-vous nous en parler ?

Je n’aime pas trop expliquer mes chansons… parce que ça ferme le sens. Je préfère que chacun.ne puisse se projeter et y voir ce qu’il/elle veut. Mais disons que c’est une chanson de révolte. Il y a tellement d’injustices, tellement de choses qui déconnent dans le monde… A commencer par nous-mêmes, quand on ne se remet pas en question. Quand on tient à la justice et à tout ce qui rend une société meilleure, il faut se battre pour. Ne rien lâcher.

Selon-vous, quel est l’artiste belge qui marquera la fin de l’année 2020 ?

Moi évidemment. 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s